Clara Magnani « Joie »

Quatrième de couverture

Rome, 2014, fin de l’été. Alors qu’il lisait sur sa terrasse ensoleillée, le cœur de Giangiacomo – dit Gigi – s’est arrêté. Une mort rapide, sans douleur, comme il l’avait toujours souhaitée, se souvient sa fille Elvira, appelée en urgence.Quelques jours plus tard, la jeune femme tombe sur un manuscrit inachevé. Elle pense à la trame d’un film – Gigi était cinéaste –, mais découvre l’histoire d’amour que son père vivait depuis plus de quatre ans avec une journaliste belge, Clara. Le récit de Gigi correspond à sa partie d’un livre qu’ils avaient décidé d’écrire ensemble. Il la lui enverrait une fois terminée. Puis elle y répondrait. Depuis sa rencontre avec Clara, venue à Rome l’interviewer à l’occasion de la sortie de son film sur Gramsci, Gigi connaît une nouvelle jeunesse. Ses pages évoquent le surgissement inattendu de leur mature love, une expression devenue entre eux un code pour se joindre et qui désigne cet amour à l’âge mûr que tous deux vivent de façon parallèle. Clara est mariée, elle aussi, et mère de deux garçons. Le bonheur des retrouvailles, l’abandon des corps, les rires, les films vus et revus ensemble : telle est la matière précieuse de leur complicité. Clara et Gigi parlent beaucoup : il aime la faire rire avec d’invraisemblables anecdotes, elle veut tout savoir de son passé. La politique et la révolution sont au cœur du travail de Gigi, hanté par la mort de son père, tué en 1945 dans les rangs des partigiani. Clara écrira à son tour sa version de l’histoire. Les souvenirs des jours lumineux sur la Méditerranée, des désaccords aussi – ne considérait-elle pas le militantisme de Gigi comme un combat d’arrière-garde ? – la plongent dans un flot d’émotions. Elle entame alors un « journal d’absence » dans lequel elle s’adresse d’abord à Gigi puis, peu à peu, à Elvira. À la jeune fille au seuil de sa vie sentimentale, elle confie, avec pudeur et tendresse, la plénitude de cet amour caché qui coexistait si bien avec sa vie – pourtant heureuse – au grand jour. Pure bliss, gioia, joie, avait coutume de répéter Gigi. Une joie devenue le motif musical de cette attachante partition à quatre mains.

Mon avis

L´ »innamoramento » qui porte à la joie. Deux êtres, un « mature love », entre Rome, Bruxelles et la Sardaigne. Un court roman poétique, porté par une belle écriture tout en douceur. Un petit bijou!

Citations

– On juge quand on a soi-même des choses à cacher. Ou quand on regrette de ne pas en avoir!

–  …le coeur palpitant de mon existence.

– Un seul nom et dix émotions reviennent.

– de ces larmes d’amour qui m’ont toujours paru si mystérieuses.

– Une malle où nous aurions caché pêle-mêle, pour mieux les ressortir un jour, tous les souvenirs de voyages, d’ébats et de débats, les bribes de conversations, de disputes, les reproches, les fous rires… tous les petits bouts de ficelle colorés et forcément un peu fétiches dont notre histoire était tissée… Un jour, on aurait rouvert la malle tous les deux. Ç’aurait été hétéroclite. Ça aurait réveillé un fatras d’émotions , enf(o)uies, discordantes. On n’aurait pas été d’accord. On aurait tout revécu. L’écriture sert à ça.

– Les histoires d’amour, on en parle au début et à la fin. Mais on ne raconte jamais le milieu. C’est pourtant très beau, cette poésie du milieu. Ce sentiment de plein. Tout est là. Tout va bien. Ne rien attendre ne rien espérer. Être dans le present et Le savourer. Le goûter d’autant mieux qu’on le sait éphémère.

– les folies s’attirent et s’attirent…

– Les gens avec qui l’ont vit, ceux qui vous aimantent, ne surgissent pas par hasard. Peut-être même que, au fond, nous sommes tous les mêmes. Nous avançons masques et nus. Et toutes nos histoires se valent, parce qu’il n’y en a jamais qu’une seule . Celle du temps qui fiche le camp.

Note: 5/5 💙

Sabine Wespieser Éditeur, 2 février 2017, 180 p.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s