Un jour, une citation: Brina Svit

C’est la ville (Trieste) elle-même, le chef-d’œuvre , son esprit, son âme torturée qui parle plusieurs langues. Difficile d’avoir meilleur casting. Tout le monde est passé par là. Freud, Kafka, Rilke, Jules Verne, Stendhal… Puis Joyce, bien sûr… Il y a un vent qui souffle comme un fou, et une immense place, qui donne directement sur la mer. Brina Svit « Nouvelles définitions de l’amour »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s