Un jour, une citation: Stefan Zweig

À une hauteur infinie brillait le pâle firmament où scintillaient des milliers d’étoiles, sereines et muettes, elles brillaient immobiles : tout au plus l’une d’elles parfois, quittait- elle abruptement la ronde adamantine pour basculer dans la nuit d’été : basculer dans les ténèbres, dans les vallées, des gorges, des montagnes, des eaux lointaines, sans rien pressentir et sous l’effet d’une force aveugle, comme une vie bascule dans les abruptes aléas inconnus. Stefan Zweig « Petite nouvelle d’été  »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s