Chiara Gamberale « Maintenant »

Quatrième de couverture 

Moi?

Toi.

Je ne suis pas prêt.

Personne ne l’est. En réalité ?

De toute façon, c’est arrivé.

Et quand?

Maintenant.

Mon avis 

Coup de cœur pour ce roman de Chiara Gamberale (qui a obtenu le Premio Campiello en 2008).

L’amour revient et cela arrive maintenant. Mais est-on prêt, y croit-on encore? Et la peur de souffrir à nouveau?

Ils sortent tous les deux d’une rupture amoureuse douloureuse. Elle demande trop à l’amour. Lui demande la tranquillité en amour et ils connaissent toutes les raisons pour lesquelles ils devraient éviter le supplice qu’est l’amour! Ces deux cœurs cabossés vont-ils oser s’aimer?

Un roman d’aujourd’hui très actuel dans le style et l’écriture, foisonnant de questionnement sur l’amour!

Extraits

– il faudrait pour s’habituer aux grands changements que la vie nous impose, faire sans cesse des choses qui ne nous seraient jamais venues à l’esprit.

– lorsqu’on se sépare d’un être qu’on a vraiment aimé, on a l’impression de se séparer intérieurement.

– Maintenant ne se conçoit pas. Maintenant arrive, maintenant se débrouille tout seul.

– Juste le temps d’un souffle, d’un air, le temps que le temps, cet enfant effronté qu’est le temps, se change en tulipe, en minéral, en autre chose.

– elle sait que si l’on demande tout à l’amour, on n’a rien à quoi s’agripper quand l’amour vacille…[il] sait que si l’on demande rien à l’amour, l’amour ne vous pardonne pas de l’avoir écarté. Tous deux savent que si l’amour se venge, soit parce que vous lui avez attribué trop de responsabilités vous ne lui avez pas accordé de confiance, il peut se montrer vraiment féroce.

– Connaître vraiment une personne est un sacré bordel… c’est magnifique. Mais c’est aussi un sacré bordel.

– Alors c’est vraiment pour ça qu’on s’est séparés? Pour ne jamais nous abandonner? Parce que l’amour, comme tout, chaque jour, et que dire stop à l’amour, comme tu l’as fait, est la seule garantie de ne pas perdre l’être qu’on aime?

– Tu m’apprends chaque jour qu’en partageant une chose non seulement on ne le perd pas, mais on la gagne.

– La force de tout être humain réside uniquement dans la prise de conscience de ses fragilités.

Note: 5/5

Titre original « Adesso »

Traducteur: Nathalie Bauer

JC Lattès, 2017, 297p.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s