Un été avec la poésie (3)

🇮🇹 L’infinito (1819)

Sempre caro mi fu quest’ermo colle,

E questa siepe, che da tanta parte

Dell’ultimo orizzonte il guardo esclude.

Ma sedendo e mirando, interminati

Spazi di là da quella, e sovrumani

Silenzi, e profondissima quiete

Io nel pensier mi fingo; ove per poco

Il cor non si spaura. E come il vento

Odo stormir tra queste piante, io quello

Infinito silenzio a questa voce

Vo comparando: e mi sovvien l’eterno,

E le morte stagioni, e la presente

E viva, e il suon di lei. Così tra questa

Immensità s’annega il pensier mio:

E il naufragar m’è dolce in questo mare. 

                          GIACOMO LEOPARDI 

                                 (1798-1837)

                                      « Canti »

🇫🇷 L’infini

Toujours elle me fut chère cette colline solitaire

et cette haie qui dérobe au regard

tant de pans de l’extrême horizon.

Mais demeurant assis et contemplant,

au-delà d’elle, dans ma pensée j’invente

des espaces illimités, des silences surhumains

et une quiétude profonde ; où peu s’en faut

que le cœur ne s’épouvante.

Et comme j’entends le vent

bruire dans ces feuillages, je vais comparant

ce silence infini à cette voix :

en moi reviennent l’éternel,

et les saisons mortes et la présente

qui vit, et sa sonorité. Ainsi,

dans cette immensité, se noie ma pensée :

et le naufrage m’est doux dans cette mer.

                               GIACOMO LEOPARDI

                                     « Chants »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s