Katie Kitamura « Les pleureuses »

Quatrième de couverture 

« Christopher avait tous les droits de disparaître sans que je le pourchasse. Mais partir si longtemps sans laisser de mot ? N’y avait-il pas quelque chose d’étrange ? »

La narratrice est séparée de son mari, Christopher, depuis six mois mais personne ne le sait. Quand sa belle-mère l’appelle pour lui dire qu’il a disparu, elle accepte de partir à sa recherche dans le Péloponnèse. Elle s’installe dans l’hôtel où il a été vu pour la dernière fois, et les jours passent sans que Christopher réapparaisse…
Dans cette campagne grecque ravagée par les incendies, la jeune femme retrace l’histoire de leur relation et interroge sa propre responsabilité dans l’échec de leur mariage.

Mon avis 

Un homme disparaît. Sa femme, dont il est séparé, part à sa recherche en Grèce. Elle reconstruit leur passé et essaye de comprendre le présent. On suit l’évolution des pensées de cette femme, ses interrogations sur l’amour, la séparation, la perte…, tout autant que l’histoire en elle-même. Un roman original, intéressant et très bien écrit. J’ai beaucoup aimé!

Extraits

– Lorsque nous sommes enfants, les noms sont plus légers que l’air: je crie je te déteste et ça ne veut rien dire, tout comme je t’aime. Mais à l’âge adulte, ces mots sont choisis avec le plus grand soin, ils ne glissent plus sur nos lèvres avec la même facilité . Je le veux en est un autre exemple : voilà une expression qui, pour un enfant, n’est rien de plus qu’une réplique de théâtre, un simple jeu mais qui prend du sens en grandissant.

– Toute histoire d’amour exige un décor et un public, même – ou devrait-on dire surtout – les plus sincères d’entre elles. L’amour n’est pas quelque chose qu’un couple peut réaliser seul, vous et moi ne suffisons pas, être ensemble ne suffit pas, il faut recommencer sans cesse. L’amour a généralement besoin d’un contexte pour grandir, il se nourrit du regard des autres.

– C’est une chose terrible que d’aimer sans savoir si l’on est aimé en retour, qui suscite les pire sentiments – jalousie, rage, haine, de soi- les plus bas instincts.

– … l’intérêt ne suffit pas à nourrir l’écriture.

– … il y aura toujours de la place entre deux personnes pour un imaginaire voué à l’échec.

– Les gens étaient capables de passer leur existence dans un état de frustration permanente, beaucoup n’epousaient pas la personne qu’ils aimaient, certains ne menaient pas l’existence qu’ils avaient espérée, d’autres inventaient de nouveaux rêves pour remplacer les espoirs passés, trouvant ainsi de nouvelles raisons à leur mécontentement.

– … persuader quelqu’un amour de réticent à vous aimer se révèle souvent hasardeux et n’est que rarement couronné de succès. Convaincre l’autre de la nécessité d’une chose quand il est incapable de la voir par lui- même est, hélas, bien difficile.

– Combien de nos comportements étaient -ils régulés par la négation de ce que nous savions au fond de nous-mêmes?

– Il était du genre à voyager avec énormément de lecture, une valise pleine de livres, journaux, carnets de notes, papiers.

– Le chagrin, aussi douloureux, soit-il, emprunte des voies familières, on l’envisage aisément comme un sentiment particulier, intime, mais, en définitive, il n’est que le reflet de notre condition humaine, la douleur n’a rien d’exclusif.

– Nous avons beau vivre dans l’illusion que nos comportements  sont regis par une seule et même loi – une éthique répondant à une norme universelle, un système de lois unique -, en réalité, il en existe d’autres, …

– Le passé est sujet à de nombreuses révisions, c’est un terrain glissant, chacune de ses altérations à une répercussion dans le futur.

– On ne peut faire confiance au passé, tout finit toujours par s’écrouler.

Note : 4,5/5

Stock, 2017, 281p.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s