Un automne avec Madame de Sévigné (14)

et moi, ma chère enfant, que pensezvous que je fasse? Vous aimer, penser à vous, m’ attendrir à tout moment plus que je ne voudrais, m’occuper de vos affaires, m’inquiéter de ce que vous pensez, sentir vos ennuis et vos peines, les vouloir souffrir pour vous, s’il était possible; écumer votre cœur comme j’écumais votre chambre des fâcheux dont je la voyais remplie; en un mot, comprendre vivement ce que c’est d’aimer quelqu’un plus que soi-même, voilà comme je suis: c’est une chose qu’on dit souvent en l’air; on abuse de cette expression; moi, je la répète, et sans la profaner jamais, je la sens tout entière en moi, et cela est vrai. Madame de Sévigné «Lettre à Madame de Grignan » du 1er avril 1671 (Pléiade, lettre 150, p.207)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s