Un automne avec Madame de Sévigné (15)

 Je n’ai jamais rien vu de si aisé à trouver que la tendresse que j’ai pour vous: mille choses, mille pensées, mille souvenirs, me traversent le cœur; mais c’est toujours de la manière que vous pouvez le souhaiter: ma mémoire ne me représente rien que de doux et d’aimable; j’espère que la vôtre fait de même. Madame de Sévigné « Lettre à Madame de Grignan » du 15 avril 1671 (Pléiade, lettre 156, p.221-222)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s