Un automne avec Madame de Sévigné (21)

 … il n’y a pas un mot dans vos lettres qui ne me soit cher : je n’ose les lire, de peur de les avoir lues ; et si je n’avais la consolation de les recommencer plusieurs fois, je les ferais durer plus longtemps ; mais, d’un autre côté, l’impatience me les fait dévorer. Madame de Sévigné « Lettre à Madame de Grignan » du 5 juillet 1671 (Pléiade, Lettre 179, p.287)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s