Un automne avec Madame de Sévigné (22)

Si je vous écrivais toutes mes rêveries sur votre sujet, je vous écrirais toujours les plus grandes lettres du monde ; mais cela n’est pas bien aisé: ainsi je me contente de ce qui peut s’écrire, et je rêve tout ce qui peut se rêver: j’en ai le temps et le lieu. Madame de Sévigné «Lettre à Madame de Grignan» du 15 juillet 1671 (Pléiade, tome 1, lettre 182, p.295)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s