Un automne avec Madame de Sévigné (24)

Nous sentons plus que jamais la mémoire est dans le cœur, car, quand elle ne nous vient point de cet endroit, nous n’en avons pas plus que des lièvres. Madame de Sévigné « Lettre à Madame de Grignan » du 9 septembre 1671 (Pléiade, tome 1, lettre 199, p.340)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s