Un automne avec Madame de Sévigné (25)

J’admire quelquefois les riens que ma plume veut dire; je ne la contrains point: je suis bien heureuse que de tels fagotages vous plaisent; il y a des gens qui ne s’en accommoderaient pas. Mais je vous prie, au moins de ne pas les regretter, quand je serai avec vous. Me voilà jalouse de mes lettres. Madame de Sévigné « Lettre à Madame de Grignan » du 4 mars 1672 (Pléiade, tome 1, lettre 251, p.449)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s