Un automne avec Madame de Sévigné (26)

Vous me demandez les symptômes de cet amour: c’est premièrement une négative vive et prévenante; c’est un air outré d’indifférence qui prouve le contraire; c’est le témoignage des gens qui voient de près, soutenu de la voix publique ; c’est une suspension de tout ce mouvement de la machine ronde; c’est un relâchement de tous les soins ordinaires, pour vaquer à un seul; c’est une satire perpétuelle contre les vieilles gens amoureux; vraiment il faudrait être bien fou, bien insensé: quoi, une jeune femme! voilà une bonne pratique pour moi; cela me conviendrait fort; j’aimerais mieux m’être rompu les deux bras. Et à cela on répond intérieurement: Et oui, tout cela est vrai; mais vous ne laissez pas d’être amoureux: vous dites vos réflexions; elles sont justes, elles sont vraies, elles font votre tourment; mais vous ne laissez pas d’être amoureux: vous êtes tout plein de raison, mais l’amour est plus fort que toutes les raisons : vous êtes malade, vous pleurez, vous enragez, et vous êtes amoureux. Madame de Sévigné « Lettre à Madame de Grignan » du 9 mars 1672 (Pléiade, tome 1, lettre 252, p. 451)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s