Un automne avec Madame de Sévigné (27)

Mais, hélas! quand nous songeons qu’on nous a enlevé notre chère enfant, rien n’est capable de nous consoler: pour moi, je serais très fâchée d’être consolée; je ne me pique ni de fermeté, ni de philosophie; mon cœur me mène et me conduit. On disait l’autre jour je ne sais si je vous l’ai mandé, que la vraie mesure du mérite du cœur, c’était la capacité d’aimer. Je me trouvai d’une grande élévation par cette règle; elle me donnerait trop de vanité, si je n’avais mille autres sujets de me remettre à ma place. Madame de Sévigné « Lettre à Madame de Grignan » du 9 mars 1672 (Pléiade, tome 1, lettre 252, p. 453)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s