Un automne avec Madame de Sévigné (37)

C’est ici une solitude faite exprès pour y bien rêver; vous en feriez bien votre profit, et je n’en use pas mal: si les pensées n’y sont pas tout à fait noires, elles y sont tout au moins gris brun; j’y pense à vous à tout moment: je vous regrette, je vous souhaite: votre santé, vos affaires, votre éloignement, que pensez-vous que tout cela fasse entre chien et loup? J’ai ces vers dans la tête:
«Sous quel astre cruel avez-vous mis au jour/ L’objet infortuné d’une si tendre amour? » Madame de Sévigné « Lettre à Madame de Grignan » du 29 septembre 1675 (Pléiade, tome 2, lettre 431, p.111)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s