Un automne avec Madame de Sévigné (38)

Ces allées sont d’une beauté, d’une tranquillité, d’une paix, d’un silence à quoi je ne puis m’accoutumer. Si je pense à vous, si c’est avec une tendresse, si j’y suis sensible, c’est à vous de vous à l’imaginer : il ne m’est pas possible de vous le bien représenter. Madame de Sévigné «Lettre à Madame de Grignan» du 2 octobre 1675 (Pléiade, tome 2, lettre 433, p.114-115)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s