Un automne avec Madame de Sévigné (43)

J’oubliais de vous dire que j’avais pensé, comme vous, aux diverses manières de peindre le cœur humain, les uns en blanc, et les autres en noir à noircir. Le mien est pour vous d’une couleur admirable. Je vous embrasse mille fois , avec une véritable tendresse, ma très aimable et très chère. Madame de Sévigné «Lettre à Madame de Grignan» du 12 janvier 1676 (Pléiade, tome 2, lettre 470, p.223)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s