Un automne avec Madame de Sévigné (48)

Je m’en vais donc être avec moi et avec votre cher et douloureux souvenir; je m’en vais voir comment je m’accommoderai de cette compagnie. M. Pascal dit que tous les maux viennent de ne savoir pas garder sa chambre. J’espère garder si bien ce jardin et cette forêt qu’il ne m’arrivera aucun accident. Le temps est pourtant entièrement détraqué depuis 6 jours, mais il y a de belles heures. Je fis hier très longtemps dans le jardin à vous chercher partout et à penser à vous avec une tendresse qui ne se peut connaître que quand on l’a sentie. Je relis toutes vos lettres. J’admirai vos soins et votre amitié, dont je suis persuadée autant que vous voulez que je le sois. Vous me dites que votre cœur est comme je le souhaite, et comme je ne le crois point ; je vous ai déjà répondu, ma très chère, qu’il est comme je le souhaite et comme je le crois ; c’est une vérité, et je vous aime sur ce pied-là. Jugez de l’effet que cette persuasion doit faire avec l’inclination naturelle que j’ai pour vous. Madame de Sévigné «Lettre à Madame de Grignan» du 29 septembre 1679 (Pléiade, tome 2, lettre 694, p.689)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s