Un jour, une citation: Stendhal

đŸ‡«đŸ‡· Eh, monsieur, un roman est un miroir qui se promĂšne sur une grande route. TantĂŽt il reflĂšte Ă  vos yeux l’azur des cieux, tantĂŽt la fange des bourbiers de la route. Et l’homme qui porte le miroir dans sa hotte sera par vous accusĂ© d’ĂȘtre immoral! Son miroir montre la fange, et vous accusez le miroir! Accusez bien plutĂŽt le grand chemin oĂč est le bourbier, et plus encore l’inspecteur des routes qui laisse l’eau croupir et le bourbier se former.Stendhal « Le rouge et le noir » p.479

🇼đŸ‡č Un romanzo Ăš uno specchio che passa per una via maestra e ora riflette al vostro occhio l’azzurro dei cieli ora il fango dei pantani. E l’uomo che porta lo specchio nella sua gerla sarĂ  da voi accusato di essere immorale! Lo specchio mostra il fango e voi accusate lo specchio! Accusate piuttosto la strada in cui Ăš il pantano, e piĂč ancora l’ispettore stradale che lascia ristagnar l’acqua e il formarsi di pozze. Stendhal « Il rosso e il nero »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Google+. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s