Un jour, une citation: Jean d’Ormesson

Je me suis souvent demandé si toute la littérature n’était pas d’abord une question de temps de verbe. Voir l’imparfait chez Flaubert, voir le danger d’un récit tout entier au présent. J’ai toujours pensé qu’il y avait dans le futur antérieur une puissante charge métaphysique. Jouer avec les temps de verbe, c’est faire ses gammes d’écrivain. Je crois que j’ai passé des heures à hésiter, dans une phrase, entre le présent, l’imparfait et le passé simple. Jean d’Ormesson / François Sureau « Garçon de quoi écrire  » (Gallimard, p.18)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s