Jean Berthier «1144 livres»

Quatrième de couverture

« Ma mère, comme dans un conte cruel pour enfants, s’était transformée en livres. »

Ainsi s’exprime le narrateur, né sous X, bibliothécaire de profession, qui voit sa vie bouleversée par la lettre d’un notaire. Il y apprend que sa mère biologique, dont il ignore absolument tout, vient de mourir et lui laisse un héritage singulier: 1144 livres.

Que penser de ce geste? Faut-il accepter l’héritage de quelqu’un qui vous a abandonné? Qui était la femme cachée derrière ces ouvrages? Seront-ils le chemin vers une mère retrouvée? Cet événement confronte soudainement le narrateur à ses origines et à son amour des livres.

1144 livres est un véritable éloge de la lecture et de la littérature, et de la place qu’elles occupent dans nos vies.

Mon avis

Le mystère d’une mère peut-il se découvrir à travers les livres qui lui ont appartenu, qu’elle a lu? Que peut transmettre une mère à son fils à travers le don de ses livres, malgré l’anonymat, malgré l’abandon? Une bibliothèque peut-elle révéler le portrait de son propriétaire?

Un livre qui se lit d’une traite, un crayon à la main pour souligner de jolis mots ou recopier le titre d’un livre qu’on a pas lu. Une réflexion sur les livres, la littérature et la lecture. Coup de cœur!

Extraits

– L’origine, hélas, n’est pas comme l’horizon qui s’enfuit à mesure sinon l’approche: il arrive qu’on l’atteigne.

– Je n’étais plus le lecteur d’un roman auquel j’étais prêt à souscrire; j’étais le protagoniste d’une histoire à laquelle je ne voulais pas croire.

– Avait-elle, comme moi à son âge, saisi qu’au-delà de toutes les séductions que la modernité exerçait sur nous, malgré toutes les informations théoriques et pratiques qui pouvaient se transmettre par divers canaux de communication, il y avait une part de son âme et de l’âme du monde que seuls le livre et la littérature étaient à même d’éclairer ?

– Il peut arriver qu’on lise parce qu’on est triste et parce que la vie ne vaut rien et que rien ne vaut la lecture.

– La trace littéraire, sous la forme d’un livre que plus personne ne lit, ou sous celle d’un titre qui n’éveille aucun souvenir même chez les lecteurs les mieux informés, donne la juste mesure de l’engloutissement dans le temps.

– Nous devrions lire pour nous quitter autant que pour nous retrouver.

-Le lecteur, lui, est d’une autre nature « Déprends-toi »de toi-même, telle devrait être sa maxime.

– Dans quelle bibliothèque le temps n’a-t-il pas glissé un papier griffonné, une lettre oubliée,un pétale pâli, ou quelque autre trace.

– J’ai appartenu de toutes mes fibres au monde de la littérature.

-Elle appartenait à un temps, à une époque, elle lisait les livres de ce temps, de cette époque.

-Les livres nous révèlent ce paradoxe que l’existence est une chose si grande qu’elle se suffit jamais à elle-même, car sans cesse elle s’évanouit dans le feu de nos vies mortelles, sans cesse elle s’égare dans les myriades des multiples, sans cesse elle obscurcit la ligne claire des raison. Comment faire mesure de la vie incommensurable? La littérature s’y essaie. Aussi faut -Il imaginer le lecteur comme l’homme paradoxal par excellence qui ne peut combler sa curiosité de la vie qu’en s’en détournant.

-Je repris le cours de mon livre, jusqu’à ce moment qui est le plus troublant de la lecture quand, fermant les yeux au-dessus du texte que nous lisons, nous les ouvrons sur notre livre intérieur.

– … partager les mêmes phrases, m’éveiller aux mêmes pensées, traverser les territoires où elle m’avait précédé.

-Elle n’était que livres, elle ne serait que livres quand bien même je ne la connaîtrais jamais, je la reconnaîtrais, lectrice qu’elle était, en son désir courant sur ces pages comme le vent léger à la surface de l’eau, avec son insatiable œil dévoreur d’espace. Car tel est le lecteur, que ne rassasie pas la vie obtuse et contrainte à son seul port d’attache.

Note: 5/5 💙💙

Robert Laffont, 2018, 167 p.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s