Dominique Barbéris «L’année de l’Éducation sentimentale »

Quatrième de couverture

Muriel, Anne et Florence, anciennes amies de fac, se retrouvent après des années dans le jardin de Muriel, à la campagne. C’est la fin de l’été; elles parlent de tout et de rien, de leur vie. Que faire d’autre dans un jardin? Il fait très chaud, l’orage menace, le soir porte aux confidences, aux souvenirs, à une angoisse vague comme la vie. Elles étaient jeunes au temps de la mort de Claude François, de l’élection de Mitterrand. Elles avaient une bande d’amis, elles suivaient un cours sur L’Éducation sentimentale.

Maintenant, elles ont des enfants, des maris avec qui elles se disputent ou qui les quittent ; elles ont l’âge où l’héroïne de Flaubert vient se jeter, trop tard, à la tête de son grand amour, Frédéric.

Mon avis

Trois amies se retrouvent chez l’une d’entre elles, à la campagne, à la fin de l’été. Elles étaient amies au temps de la fac et avaient suivi le même cours sur « L’éducation sentimentale »de Flaubert.

Il y a aussi le souvenir nostalgique d’un voyage en Italie…

Une amitié qui n’en est peut-être plus vraiment une, le temps qui passe, les chemins différents que l’on prend, les confidences, les mystères et les secrets de chacun, les blessures aussi…

Un très joli livre qui a le charme d’une soirée d’été que l’orage menace..

Extraits

– Pour moi, la vie consiste à se faire des idées.

– On avance courageusement, et certains tombent.

– Au fond, les hommes étaient arrivés dans leur vie comme les lions viennent boire au fleuve le soir, en Afrique.

– Pour chacune d’elles, la vie des autres était un mystère.

– Elles avaient peur que l’une dise: Elle a changé, tu ne trouves pas? Parce que la remarque aurait, pu s’appliquer aussi à elles, dans une certaine mesure, il était indéniable que depuis 81, elles aussi avaient changé

– Quelquefois, tu ne trouves pas? on a le sentiment d’avoir vécu le même moment, c’est curieux, ces télescopages.

… on prend des chemins différents, qu’on le veuille ou non, la vie sépare…

Note: 4/5

Gallimard, 2018, 128p.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s