Un jour, une citation: Gustave Flaubert

On peut juger de la bonté d’un livre, à la vigueur des coups de poing qu’il vous a donnés et à la longueur de temps qu’on est ensuite à en revenir. Gustave Flaubert « Correspondance – Lettre à Louise Colet du 15 juillet 1853 (Lettre 225 – [Croisset] vendredi soir, 1 heure  » (La Part Commune, tome III, p.159)

(Photo: Librairie Tropismes, Galeries Royales Saint-Hubert, Galerie des Princes, 11, 1000 Bruxelles)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s