René Frégni « Je me souviens de tous vos rêves »

Quatrième de couverture

L’automne en Provence est limpide et bleu, ce n’est pas une saison, c’est un fruit : les touristes sont partis, la nature exulte dans une profusion de couleurs et d’odeurs. Mais si l’écrivain-flâneur célèbre avec sa sensualité coutumière Manosque et la campagne provençale, il est avant tout attentif à ceux qui vivent dans les recoins de la société, les pauvres, les fous, les errants dont il se sent frère, et dont il parle sans apitoiement. Les femmes sont aussi très présentes, les servantes d’auberge longuement contemplées, ou Isabelle, «la fiancée des corbeaux», auprès de qui l’écrivain trouve paix et bonheur.

Qu’il s’agisse de raconter la mort d’un chat ou la surprise d’entendre une femme qui jouit dans la maison voisine, à chaque page de ce livre vibre une émotion simple et sincère.

Mon avis

Un très, très beau récit qui parle de la Provence, de jardins, de promenades dans les collines, de l’écriture, des mots, d’un cahier commencé chaque année en septembre, de femmes, d’un chat dont la disparition trouble tellement qu’on prend un train… Et puis d’un libraire qui vend les livres avec son cœur et de sa librairie « Le Bleuet », à Banon, qui est la rencontre du rêve et de l’obstination…. Au fil des mois, les mots couvrent la page blanche et forment ce texte poétique…

Une écriture sublime, toute en émotion et un amour infini pour les mots. Une pépite à lire et à relire!

Extraits

▪️Les livres écartent la solitude, l’angoisse, la peur, parfois la barbarie.

▪️Avec le temps, je rêve de plus en plus d’écriture, je rêve de personnages qui peuplent mes cahiers, de leurs paroles, des peur de leur enfance, des arbres de leurs jardins. On devient ces paroles et ces jardins. L’espace qui séparait la vie de l’écriture s’estompe avec les rêves.

▪️La vie est devenue écriture.

▪️… mais écrire vraiment c’est avoir le courage de tirer une chaise devant une table, s’asseoir et saisir un stylo.

▪️Nous sommes tous des constructions de mots, des villes de mots, des paysages de mots, des éboulis de mots.

▪️Avidement nous cherchons de l’amour sous chaque mot, un peu de reconnaissance, un signe, quelques lettres qui clignotent enfin vers nous. Il n’y a pas d’amour sans les mots, pas de tendresse. Sans les mots, il n’y a rien. Le grand mur noir de la mort.

▪️Ces mots invisibles qui dansent sur nos lèvres sont tellement plus grand que ceux qui traversent nos écrans, comme des poussières mortes.

▪️Un grand écrivain, c’est celui qui fait apparaître sur la page blanche des paysages oubliés, des villes entrevues, des cités intérieures que nous n’avions jamais visitées.

▪️Plus le mot est juste, plus le voyage est grand.

▪️L’écriture c’est ce qui va chercher au fond de nos tripes, en les tordant comme un drap, ce qu’il y a de plus enfoui, de plus terrible, de plus lumineux. C’est ce qui laboure nos mers profondes, soulève le tumulte, ramené devant nos yeux tout ce que nous n’avions pas vu et qui devient plus vrai que la chaise où nous sommes assis, le bureau où nous écrivons , le lit où nous dormirons tout à l’heure.

▪️Le seul héros de nos romans, c’est le temps, les quelques mots que nous laissons, comme une trace de notre passage, si furtif, dans une chambre, une ville, une armoire.

▪️Nous avons tous un petit jardin secret que l’on atteint par des routes bordées d’acacias, de sureaux et de songes. Il ressemble à ces petits cimetières que l’on trouve à la sortie des villages, il protège nos plus beaux souvenirs, ce que nous avons de plus précieux. Dans ces jardins saute et gambade notre enfance, défilent tous les chagrins d’une vie.

▪️Des romans il y en a mille en chacun de nous. Mille, dès que nous ouvrons la fenêtre le matin.

▪️Je cherche à attraper la vie, à la pointe de mon stylo, à accrocher tout ce qui vit pour être moi-même encore plus vivant. Un seul mot me rend vivant, celui que j’écris à l’instant et qui invente le suivant. Dans un seul mot il y a des nuées de planètes, de constellations. Il y a l’émotion.

▪️Peut-être devient-on ce qu’on a le plus aimé.

▪️J’aime l’écriture, c’est un combat de chaque mot entre contrainte et liberté.

▪️Écrire quelques mots chaque jour. Des petits fragments de vie qu’on ramène chez soi.

▪️Les mots attisent, comme un souffle puissant, les braises de la vie . Ils la font rougeoyer, brasiller, s’étendre. Ils éclairent nos jours.

▪️Écrire c’est souffler sur tout ce qui est vivant, c’est embraser le moindre signe de vie, entendre, dans le silence, la voix secrète des choses. Inventer un visage à tout ce qu’on ne voit pas.

▪️Devant mon cahier ouvert je revois tout, les saules rouges, les moulins et les ponts, les îles nettoyées comme des os par les courants, le soleil et le vent, le chien fou de bonheur qui se jette dans l’eau froide et en ressort plus libre. C’est toute mon enfance que je retrouve en écrasant les roseaux à la pointe de mon stylo, sous le cercle jaune de ma lampe.

Note: 5/5 💙💙

Prix: Grand Prix littéraire de Provence 2016

Folio, 2017, 157 p.

« Un seul mot me rend vivant, celui que j’écris à l’instant et qui invente le suivant.  »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s