Un jour, une citation: Charles Bertin

Je découvris un jour qu’elle avait pris l’habitude de lire à mon insu les mêmes romans que moi. Un matin, je m’aperçus que le volume abandonné la veille sur mon lit avait disparu dans mon sommeil. Je me disposais à accuser le fantôme de la maison, lorsque j’eus l’idée de confier à ma grand-mère l’étonnement que je ressentais en découvrant sur la table du salon le Jack London ou le Mark Twain sur lequel je m’étais endormi la nuit précédente; elle m’avoua sans se troubler qu’il n’y avait sous notre toit d’autre fantôme qu’elle-même. Charles Bertin «La petite dame en son jardin de Bruges» (Babel)

(Photo, Librairie Tropismes, Galerie des Princes, 11, Galeries Royales Saint-Hubert, 1000 Bruxelles)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s