Cristina Comencini « Être en vie »

Quatrième de couverture

« Qu’est-ce que ça veut dire être en vie ?

– Pour moi, c’est comme une chanson, vous la savez par coeur, elle vous semble stupide, toujours la même, tout le monde la connaît, mais quand il vous arrive de la chanter à nouveau, elle vous donne le frisson… »

Caterina vit à Rome, a un travail qu’elle aime, un mari et deux enfants. Un destin inespéré pour la petite orpheline de Campanie.

Quand les corps sans vie de sa mère adoptive et de son compagnon, Sebastiano, sont retrouvés dans une chambre d’hôtel à Athènes, Caterina décide de s’y rendre, seule. À son arrivée, elle est rejointe par le fils de Sebastiano. Ils ont le même âge, sont liés par la même douleur. Pourtant, tout en lui l’irrite, la dérange, et l’attire.

Au cours de ces quelques jours intenses, ils vont revisiter leur enfance et faire ressurgir un passé au goût d’interdit et de liberté. Et se sentir, enfin, vivants.

Mon avis

Une femme, Caterina, au passé divisé en deux, deux vies différentes, se rend en Grèce pour rapatrier le corps de sa mère adoptive, décédée avec son compagnon dans une chambre d’hôtel à Athènes. Sur place, elle passe quelques jours en attente de l’autopsie et reparcourt les souvenirs de son enfance. Elle est rejointe par le fils du compagnon. Entre eux, s’instaure une relation sur le fil. Blessés tout deux par leur enfance, liés dans la douleur, ils découvriront la liberté et le frisson d’être vivants.

Un livre intime et introspectif, sur les drames de l’enfance, le poids du passé et la difficulté d’être en vie. Une lecture splendide, une écriture toute en émotion! Un énorme coup de cœur!

Extraits

▪️«As-tu déjà vu plus belle catastrophe? As-tu déjà vu ça? » Zorba le Grec

▪️Et Sebastiano a murmuré :

– « Qu’est-ce que ça veut dire d’être en vie? »

Yorgos l’a regardé en silence, puis lui a dit:

– « Pour moi, c’est comme une chanson, vous la savez par cœur, elle vous semble stupide, toujours la même, tout le monde la connaît, mais quand il vous arrive de la chanter à nouveau, elle vous donne le frisson… »

▪️… J’ai compris beaucoup de choses, entre autres sur nous

– À savoir? m’a-t-il demandé soupçonneux.

– Qu’on vit ensemble pour entrer dans la vie de l’autre, dans ses désirs, dans son histoire, puis qu’on essaie de les effacer.

▪️Je ne raconterai pas ce qui s’est passé entre nous cette nuit-là.Que nous ayons dansé, fait l’amour, parlé ou que nous soyons seulement restés enlacés en silence devant toutes les merveilles qui nous avaient été rendues, c’est notre secret. La déesse aux doigts de rose ne nous a pas trouvés endormis, nous l’attendions. (Excipit)

Note: 5/5 💙💙💙

Titre original: « Essere Vivi »

Traducteur: Dominique Vittoz

Prix: Premio Cesare Pavese 2016

Stock, La Cosmopolite, 2018,

«Che significa essere vivi?»

Yorgos l’ha guardato e dopo un silenzio ha detto: «Per me è come una canzone, la conosci a memoria, ti sembra stupida, sempre la stessa, la sanno tutti, ma quando la canti di nuovo tu, ti fa venire i brividi…»

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s