Primo Levi « Poeti » [Extraits]

DIALOGUE ENTRE UN POÈTE ET UN MÉDECIN

▪️… il ressentait l’univers comme une immense machine inutile, un moulin qui broyait éternellement le néant sans aucun but; non pas muet, éloquent au contraire, mais aveugle et sourd à la douleur du genre humain….

▪️… aucun homme doté de raison ne pouvait refuser la conscience de ce que la nature n’est pour l’homme ni une mère ni une enseignante ; c’est un vaste pouvoir occulte qui, objectivement, règne au détriment de tous.

▪️… l’amour avait toujours été pour lui source de tourment et non de joie; et sans l’amour, à quoi bon vivre?

SONGE FUGACE

▪️ «Quand le train fut à l’arrêt en gare de Naples, il se retourna et se trouva face au regard de la fille. C’était un regard ferme et et gentil, mais qui faisait penser à de l’attente: elle avait l’air de lire en lui comme dans un livre.» Primo Levi «Songe fugace»

▪️«Tout ce qui plaît au monde est un songe fugace.» Pétrarque «Le chansonnier» chant I

PRIMO LEVI « Poeti  » Éditions Liana Levi – piccolo, 2002

Titres originaux: « Dialogo di un poeta e di un medico » et « Sogno » Einaudi Editore

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s