Andrea Camilleri « Noli me tangere -Ne me touche pas »

Quatrième de couverture

Laura, belle et brillante épouse d’un grand écrivain, disparaît alors qu’elle était sur le point de finir son premier roman. Son mari s’inquiète, la presse s’emballe et toute une ribambelle d’amants en profitent pour dire tout le mal qu’ils pensent d’elle.

Mais Laura est-elle cette séductrice cruelle et sans cervelle, cette femme calculatrice et superficielle, ce monstre d’égoïsme que décrivent ses amants ? Ou bien un être tourmenté et absolu, avide de spiritualité, chroniquement affligé de crises de mélancolie, de ghibli, comme elle dit, qui l’obligent à se retrancher du monde et des hommes ?

Le subtil commissaire Maurizi mène une enquête discrète sur les traces d’une femme mystérieuse, fascinée par la fresque de Fra Angelico, Noli me tangere, qui a magistralement orchestré sa propre disparition.

Construit comme un kaléidoscope de dialogues, articles, lettres qui tentent tour à tour d’approcher l’insaisissable Laura, ce court roman est un formidable hommage à une femme libre et à la possibilité qu’a tout un chacun de se réinventer radicalement.

Mon avis

C’est l’histoire d’une disparition. Des dialogues, des lettres, des mails, articles de journaux et des interrogatoires dessinent peu à peu, le portrait de la femme qui est partie… Une femme mystérieuse, insaisissable… La police s’interroge, la presse avance des hypothèses … A-t-elle quitté son mari pour un autre homme? A-t-elle été enlevée? Un subtil jeu de piste mêlant art (Fra Angelico) et littérature (T.S.Eliot) commence…

Un roman sur la possibilité de changer son destin et de conquérir sa liberté. Un roman très court, trop court peut-être, mais charmant! Une lecture agréable!

Extraits

▪️Si c’est ce que vous voulez, je peux vous réconcilier avec la condition humaine. T.S.Eliot « Le Cocktail Party »

▪️Heureuse? Je n’en sais rien, peut-être n’est-ce pas le bon terme. Elle était… en harmonie, voilà. En harmonie avec elle-même. Et avec le monde.

▪️J’espère que, arrivé à la fin, le lecteur se sera aperçu que ce bref roman n’entend pas être un récit policier sur la disparition d’une jeune femme, mais la tentative de dessiner, avec des moyens simples, le portrait d’une femme complexe, oui, mais pas si inhabituel qu’il peut apparaître à première vue.

Note: 4/5

Titre original: « Noli me tangere »

Traducteur: Serge Quadruppani

Éditions Métaillié, 2018, 140p.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s