Un jour, une citation: André Maurois

Le livre est un moyen de dépassement. Aucun homme n’a assez d’expériences personnelles pour bien comprendre les autres, ni pour bien se comprendre lui-même. Nous nous sentons tous solitaires dans ce monde immense et fermé. Nous en souffrons; nous sommes choqués par l’injustice des choses et les difficultés de la vie. Les livres nous apprennent que d’autres, plus grands que nous, ont souffert et cherché comme nous. Ils sont des portes ouvertes sur d’autres âmes et d’autres peuples. Grâce à eux nous pouvons nous évader de notre petit univers personnel, si étroit: grâce à eux nous échappons à la méditation stérile sur nous-mêmes. Un soir consacré à la lecture des grands livres est pour l’esprit ce qu’un séjour en montagne est pour le corps. L’homme redescend de ces hautes cimes, plus fort, les poumons et le cerveau lavés de toutes souillures, mieux préparé à affronter avec courage les luttes qu’il retrouvera dans les plaines de la vie quotidienne. André Maurois parle des livres et des bibliothèques « Courrier de L’Unesco » mai 1961.

(Photo: Librairie Vander Elst, Galerie Bortier, 1000 Bruxelles)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s