Un jour, une citation: Federico Garcia Lorca

đŸ‡«đŸ‡· Des livres! Des livres! VoilĂ  un mot magique qui Ă©quivaut Ă  clamer: « Amour, amour », et que devraient demander les peuples tout comme ils demandent du pain ou dĂ©sirent la pluie pour leur semis. Quand le cĂ©lĂšbre Ă©crivain russe FĂ©dor DostoĂŻevski Ă©tait prisonnier en SibĂ©rie, retranchĂ© du monde, entre quatre murs, cernĂ© par les plaines dĂ©solĂ©es, enneigĂ©es, il demandait secours par courrier Ă  sa famille Ă©loignĂ©e, ne disant que: « Envoyez-moi des livres, des livres, beaucoup de livres pour que mon Ăąme ne meure pas! ». Il avait froid, ne demandait pas le feu; il avait une terrible soif, ne demandait pas d’eau
 il demandait des livres, c’est-Ă -dire des horizons, c’est-Ă -dire des marches pour gravir la cime de l’esprit et du cƓur! Parce que l’agonie physique, – biologique, naturelle d’un corps, Ă  cause de la faim, de la soif ou du froid, dure peu, trĂšs peu, mais l’agonie de l’ñme insatisfaite dure toute la vie! Federico GarcĂ­a Lorca (Discours prononcĂ© lors de l’inauguration de la bibliothĂšque municipale de Fuente Vaqueros, son village natal, en Andalousie (septembre 1931)

🇼đŸ‡č Libri! Libri! Ecco una parola magica che equivale a dire: “amore, amore”, e che la gente dovrebbe chiedere come chiede pane o come brama la pioggia per i propri seminati. Quando l’insigne scrittore russo FĂ«dor Dostoevskij, era prigioniero in Siberia, fuori del mondo, tra quattro mura e circondato da desolate pianure di neve senza fine; e chiedeva aiuto per lettera alla sua famiglia lontana, diceva soltanto: “Mandatemi libri, libri, tanti libri affinchĂ© la mia anima non muoia!”. Sentiva freddo e non chiedeva fuoco, aveva una sete terribile e non chiedeva acqua: chiedeva libri, cioĂš orizzonti, cioĂš scale per risalire le vette dello spirito e del cuore. PerchĂ© l’agonia fisica, biologica, naturale, di un corpo per fame, sete o freddo, dura poco, pochissimo, ma l’agonia dell’animo insoddisfatto dura tutta la vita. Federico GarcĂ­a Lorca (Discorso di inaugurazione della biblioteca di Fuente Vaqueros, suo paese natale, in Andalusia (settembre 1931)

(Photo: Boekhandel De Tribune, Kapoenstraat, 8-10, 6211 KW Maastricht)

RĂ©pondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s