Un jour, une citation: Victor Hugo

🇫🇷 Elle avait pris ce pli dans son âge enfantin

De venir dans ma chambre un peu chaque matin;

Je l’attendais ainsi qu’un rayon qu’on espère;

Elle entrait et disait: «Bonjour mon père»;

Prenait ma plume, ouvrait mes livres s’asseyait

Sur mon lit, dérangeait mes papiers, et riait,

Puis soudain s’en allait comme un oiseau qui passe.

Alors, je reprenais, la tête un peu moins lasse,

Mon oeuvre interrompue, et, tout en écrivant,

Parmi mes manuscrits je rencontrais souvent

Quelque arabesque folle et qu’elle avait tracée,

Et mainte page blanche entre ses mains froissée

Où, je ne sais comment, venaient mes plus doux vers.

Victor Hugo « Les contemplations »

🇮🇹 Lei aveva l’abitudine quando era una bambina

di venire un po’ nella mia camera ogni mattina.

Io la attendevo così come un raggio di sole in cui si spera;

Lei entrava e diceva: Buongiorno, mio piccolo papà!

Prendeva la mia piuma, apriva i miei libri, si sedeva

sul mio letto, disordinava le mie carte, e rideva

poi improvvisamente se ne andava come un uccello che passa.

Allora io riprendevo, con la testa un po’ meno stanca,

la mia opera interrotta, e immerso nella scrittura,

tra i manoscritti ritrovavo spesso

qualche schizzo che lei aveva disegnato,

e varie pagine bianche sgualcite dalle sue mani

dove, non so come, mi uscivano i più dolci versi.

Victor Hugo « Le contemplazioni »

(Librairie Am Stram Gram, 1 rue Général Mac Arthur. 1180 Bruxelles (Uccle)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s