Un jour, une citation: Jeanne Moreau

Un vieux fauteuil au coin du feu

Où me laisser glisser à deux

Avoir mes bouquins sous la main qui s’ouvrent d’eux-mêmes

Aux pages qu’on aime et qu’on relit sans fin

Parc’qu’on les aime.

Jeanne Moreau « La Vie de Cocagne » (paroles: Cyrus Rezvani / Jean-Jaques Auguste Robert)

(Photo: Libreria Achille, Piazza Vecchia, 4, 34121 Trieste)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s