Un jour, une citation: Dacia Maraini

đŸ‡«đŸ‡· Sortir d’un livre, c’est comme sortir du meilleur de soi-mĂȘme. Passer des envolĂ©es lĂ©gĂšres et vibrantes de l’esprit aux lourdeurs d’un corps mendiant, toujours en quĂȘte de quelque chose, est de toute façon une dĂ©faite. Laisser des ĂȘtres connus et apprĂ©ciĂ©s pour retrouver un soi-mĂȘme que l’on n’aime pas, esclave d’une comptabilitĂ© ridicule de journĂ©es qui s’ajoutent aux journĂ©es, comme indistinctes. Dacia Maraini « La vie silencieuse de Marianna Ucria »

🇼đŸ‡č Uscire da un libro Ăš come uscire dal meglio di sĂ©. Passare dagli archi soffici e ariosi della mente alle goffaggini di un corpo accattone sempre in cerca di qualcosa Ăš comunque una resa. Lasciare persone note e care per ritrovare una se stessa che non ama, chiusa in una contabilitĂ  ridicola di giornate che si sommano a giornate come fossero indistinguibili. Dacia Maraini « La lunga vita di Marianna UcrĂŹa »

(Photo: Galerie Bortier, 1000 Bruxelles)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s