Un jour, une citation: Dacia Maraini

🇫🇷 Sortir d’un livre, c’est comme sortir du meilleur de soi-même. Passer des envolées légères et vibrantes de l’esprit aux lourdeurs d’un corps mendiant, toujours en quête de quelque chose, est de toute façon une défaite. Laisser des êtres connus et appréciés pour retrouver un soi-même que l’on n’aime pas, esclave d’une comptabilité ridicule de journées qui s’ajoutent aux journées, comme indistinctes. Dacia Maraini « La vie silencieuse de Marianna Ucria »

🇮🇹 Uscire da un libro è come uscire dal meglio di sé. Passare dagli archi soffici e ariosi della mente alle goffaggini di un corpo accattone sempre in cerca di qualcosa è comunque una resa. Lasciare persone note e care per ritrovare una se stessa che non ama, chiusa in una contabilità ridicola di giornate che si sommano a giornate come fossero indistinguibili. Dacia Maraini « La lunga vita di Marianna Ucrìa »

(Photo: Galerie Bortier, 1000 Bruxelles)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s