ALBERTO MANGUEL « JE REMBALLE MA BIBLIOTHÈQUE »

Quatrième de couverture

Dans le dessein de dépasser la douloureuse expérience qui fut la sienne lorsqu’il lui fallut remettre définitivement en caisses la bibliothèque constituée des trente-cinq mille volumes qu’il s’était, toute sa vie, employé à amasser patiemment, ardemment et amoureusement, Alberto Manguel nous raconte ce qu’il lui en coûta de quitter son presbytère du xviie siècle au cœur de la vallée de la Loire pour déménager à New York puis, finalement, à Buenos Aires, la ville de son enfance, où il a dirigé un temps la Bibliothèque nationale d’Argentine, poste jadis occupé par son bien-aimé et prestigieux mentor, Jorge Luis Borges.

Alberto Manguel s’engage ici dans un voyage émotionnel qui parcourt son existence et son histoire, revisite les pays qu’il a connus et évoque ses nombreux déménagements, lesquels furent toujours liés à la recherche d’un endroit où enfin héberger ses livres, sans lesquels il lui est impossible de travailler… et sans doute même de vivre.

La passion d’Alberto Manguel pour les livres et les bibliothèques rencontre ici une situation personnelle dont la récente mutation enrichit encore la réflexion menée par cet illustre penseur de la lecture tout au long d’une œuvre généreuse qui exalte le rôle du livre comme l’un des plus puissants antidotes contre les affres de l’exil.

L’auteur

Né en Argentine en 1948, Alberto Manguel a passé ses premières années à Tel-Aviv où son père était ambassadeur. En 1968, il quitte l’Argentine, avant les terribles répressions de la dictature militaire. Il parcourt le monde et vit, tour à tour, en France, en Angleterre, en Italie, à Tahiti et au Canada, dont il prend la nationalité. Ses activités de traducteur, d’éditeur et de critique littéraire le conduisent naturellement à se tourner vers l’écriture. Composée d’essais et de romans, son oeuvre est internationalement reconnue. Depuis 2001, Alberto Manguel vit en France, près de Poitiers. Récemment chez Actes Sud : La Cité des mots (essai, 2009) et Nouvel éloge de la folie (essai, 2011), Le Voyageur et la Tour. Le Lecteur comme métaphore (2013), De la curiosité (2015).

Mon avis

Dans un presbytère au cœur de la vallée de la Loire, Alberto Manguel a ressemblé une bibliothèque de 35.000 volumes. Arrive le jour où cette bibliothèque doit être déménagée. Et c’est un choc pour lui, car il pensait que du moment que les livres trouvaient leur place, il trouverait la sienne. Une bibliothèque, lieu de mémoire … Une bibliothèque, comme une sorte de mille-feuille autobiographique du lecteur… Une bibliothèque, lieu de consolation et de réconfort silencieux

Au fil des pages, l’auteur nous raconte son amour des livres et son attachement à ceux-ci. Un hommage aux livres, aux bibliothèques, à la lecture et aux mots. Une lecture pour ceux et celles qui aiment les livres sur les livres. Un beau moment de lecture.

Extraits

▪️Les livres qui m’étaient les plus précieux étaient ceux qui suscitaient en moi des associations personnelles.

▪️J’ai souvent senti que ma bibliothèque expliquait qui j’étais, me donnait une identité mouvante qui ne cessait de se transformer au fil des ans.

▪️Je ne peux me rappeler aucune époque où je n’aie possédé une quelconque bibliothèque. Chacune d’elles est une sorte de millefeuille autobiographique, chaque livre retenant le moment où je l’ai lu pour la première fois. Les griffonnages dans les marges, la date, parfois, sur la page de garde, le ticket de bus décoloré marquant une page pour une raison aujourd’hui mystérieuse – tous visent à me rappeler qui j’étais alors.

▪️Tel un pillard avide, je veux que les livres m’appartiennent.

▪️Ce besoin de se sentir entouré des mots et des visages d’autrui imprègne toutes nos histoires.

▪️Je suis obsédé par une inépuisable passion que je n’ai jusqu’ici ni pu ni souhaité assouvir. Il me semble n’avoir jamais assez de livres, dit-il. Les livres nous enchantent en profondeur, coulent dans nos veines, nous conseillent et se lient à nous avec une sorte de familiarité intense et active; et un livre ouvre la voie à de nombreux autres et provoque ainsi en nous le désir de ces autres. Pétrarque

▪️… une bibliothèque est un lieu de mémoire.

▪️Mon esprit est capricieux. Il peut parfois se montrer charitable: à des moments où j’ai besoin d’une pensée consolante ou heureuse, il me jette, telle des piécettes à un mendiant , l’aumône d’un événement oublié depuis longtemps, un visage, un mot venu du passé, une histoire lue sous les draps par une nuit étouffante, un poème découvert dans une anthologie, dont mon moi adolescent croyait que personne ne l’avait lu.

▪️J’aimais lire des histoires de vie stable suivant leur cours ordinaire. Et pourtant, je savais que, sans perturbation, il n’y aurait pas d’aventure.

▪️On lit pour poser des questions. Kafka

▪️… toute bibliothèque est autobiographique…

▪️… ma bibliothèque elle-même était un lieu de consolation et de réconfort silencieux. Il se peut que les livres aient ce caractère rassurant parce que nous les possédons pas vraiment.

▪️Les livres dans ma bibliothèque me promettaient le réconfort et aussi la possibilité de conversations éclairantes. Ils me faisaient don chaque fois que j’en tenais un entre mes mains, du souvenir d’amitiés qui n’avaient nul besoin d’introductions, de politesses conventionnelles, de faux-semblants ou d’émotions dissimulées.

▪️Les livres ont toujours parlé pour moi et m’ont appris beaucoup de choses longtemps avant que ces choses arrivent matériellement dans ma vie, et la présence physique des volumes a été pour moi très proche de celle de créatures vivantes partageant ma table et mon toit.

▪️Chaque expérience de lecture tient uniquement à son lieu et à son temps, et ne peut être dupliquée. J’ai beau espérer, je sais que nulle bibliothèque ne peut être pleinement ressuscitée.

Note: 5/5 💙💙

Actes Sud. 2018, 160 p.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s