Un jour, une citation: Martin Solares

Lire un bon roman revient à vivre avec des personnes susceptibles de changée notre point de vue.Voila pourquoi l’on ressent cette tristesse absurde à l’approche du point final. Cette voix qui tout ce temps nous a tenu compagnie, on ne l’entendra donc plus jamais? Comment a-t-on pu s’attacher à ce point à un être fait de mots? Martin Solares « Comment dessiner un roman » Christian Bourgois Éditeur, 2018

(Photo: Het Ivoren Aapje, place du Béguinage,4, 1000 Bruxelles)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s