Un jour, une citation: Stefan Brijs

La littérature, ça doit émouvoir. Comme si l’auteur te plantait – tchac! – un couteau dans les côtes. […] Un livre, ça doit nous amener à réfléchir. À modifier le regard qu’on porte sur la vie. Stefan Brijs «Courrier des tranchées » Folio

(Photo: Le coupe-papier (Librairie théâtrale), rue de l’Odéon, 19, 75006 Paris)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s