Un jour, une citation: Elena Ferrante

đŸ‡«đŸ‡· Je n’aimais pas les pages trop refermĂ©es, telles des persiennes toutes baissĂ©es. J’aimais la lumiĂšre, l’air entre les lattes. Je voulais Ă©crire des histoires pleines de courants d’air, de rayons filtrĂ©s oĂč danse la poussiĂšre. Et puis j’aimais l’Ă©criture qui vous fait pencher au dessus de chaque ligne pour regarder en contrebas et sentir le vertige de la profondeur, la noirceur de l’enfer. Elena Ferrante  » Les jours de l’abandon » Folio

🇼đŸ‡č Non mi piaceva la pagina troppo chiusa, come una persiana tutta abbassata. Mi piaceva la luce, l’aria tra le stecche. Volevo scrivere storie piene di spifferi, di raggi filtrati dove balla il pulviscolo. E poi amavo la scrittura di di chi ti fa affacciare da ogni rigo per guardare di sotto e sentire la vertigine della profonditĂ , la nerezza dell’inferno. Elena Ferrante « I giorni dell’abbandono Â» Edizioni e/o

(Photo: Librairie La Licorne, ChaussĂ©e d’Alsemberg, 715, 1080 Uccle)

RĂ©pondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s