EMILY BARNETT « LES OISEAUX DE PASSAGE »

Quatrième de couverture

13 novembre 2015, 21 h 30. À Paris, Juliette descend la rue du Faubourg du Temple à vélo pour se rendre chez un ami. Le temps de comprendre ce qui vient de se passer et ce vers quoi elle se dirige – ces scènes de carnage –, elle tombe sur Paul, qu’elle n’a pas revu depuis le lycée. Il se trouvait au Carillon et a échappé de justesse à l’attentat. Elle abasourdie, lui blessé, ils vont errer dans cette nuit meurtrière qui les ramène à un autre drame : la disparition de Diane, à la personnalité magnétique, quand ils étaient adolescents.

Avec Les Oiseaux de passage, Emily Barnett met en scène une génération, celle qui s’est connue en groupe dans les années 1990 et a perdu peu à peu le sens du collectif, pour le retrouver, peut-être, un soir de terreur, vingt ans plus tard.

Mon avis

13 novembre 2015. Une date que personne ne peut oublier. Juliette a un rendez-vous, elle est en retard, heureusement pour elle. Paul, lui, se retrouve au milieu de l’indicible. Et cette terrible nuit, ils se retrouvent, eux qui s’étaient perdus de vue à l’adolescence. Ils errent dans les rues de Paris, reparcourant leurs souvenirs, et le drame qui les a marqués à jamais… Ils étaient un petit groupe, ils fréquentaient « Les oiseaux de passage »…

Les souvenirs, la jeunesse, la vie en groupe dans les années 90. L’adolescence, ses joies et ses douleurs. Et la façon dont chacun vit les choses, les relations. Chacun se construit ses souvenirs, parfois pour se protéger, parfois pour survivre..

Un roman touchant, une écriture à fleur de peau. Une très jolie découverte.

Extraits

▪️Cette nuit, on n’en voit pas le fond. Une grande gueule noire et ouverte: celui qui s’isole risque d’être englouti, de disparaître.

▪️La vie, pas plus que l’expérience, n’avait de valeur en dehors de sa traduction en réflexions existentielles.

▪️Mais profites-en parce que ça passe vite.

– Qu’est-ce qui passe?

– L’absence de passé et de futur. Ce pur présent. Ce qu’il n’est plus possible de vivre à nouveau.

▪️Dans la vie, il y avait des êtres qui s’aimantaient ou pas.

▪️Mais chacun est maître de ses souvenirs. Notre bien-être et parfois notre survie en dépendent.

Note: 5/5

Flammarion, 2019, 192p.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s