Un jour, une citation: Marguerite Yourcenar

đŸ‡«đŸ‡· Lire, bien lire, c’est si l’on veut traduire, ou si l’on veut recomposer la pensĂ©e de l’auteur qu’on lit, et qui, Ă  travers l’Ɠil, passe de la page imprimĂ©e Ă  la matiĂšre grise du cerveau, absorbĂ©e, adaptĂ©e, devient pour chacun de nous Ă  la fois la mĂȘme chose et autre chose. Tout grand livre projette sur chaque lecteur d’autres feux et d’autres ombres. Marguerite Yourcenar « En pĂšlerin et en Ă©tranger »

🇼đŸ‡č Leggere, leggere bene, Ăš – se si vuole – tradurre, o, – se si vuole – ricomporre il pensiero dell’autore che si legge, e che, attraverso l’occhio, passa dalla pagina stampata alla materia grigia del cervello, assorbita, adattata, divenendo per ciascuno di noi contemporaneamente se stessa e un’altra cosa. Marguerite Yourcenar « Pellegrina e straniera Â»

(Photo: Librairie Flagey, Place Flagey, 1050 Bruxelles)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s