RAPHAËLLE BACQUÉ « KAISER KARL »

Quatrième de couverture

Qui était vraiment Karl Lagerfeld ? – Un grand couturier – Un adorateur de la féminité – Un patron hyperactif – Mais il était plus que ça : – Un homme du monde – Un manipulateur de haut vol – Un extraordinaire séducteur un rien pervers – Un seigneur à l’allure très Grand Siècle – Un provocateur impénitent – Un amoureux transi dans la vie – Une icône mondiale –

Raphaëlle Bacqué va au-delà de la légende dans ce livre exceptionnel qui dresse le portrait féroce d’un monstre sacré, tenant à la fois du grand document nourri de révélations et de la fresque littéraire d’actualité.

L’auteur

Raphaëlle Bacqué est grand reporter au Monde. En 1995, elle a publié avec succès un document sur Chirac au lendemain de son élection. Elle est aussi l’auteure de L’Enfer de Matignon et, avec Ariane Chemin, de Les Strauss-Kahn et de La Femme fatale.

Mon avis

Enfant, Karl Lagerfeld grandit dans une Allemagne qui bientôt entre en guerre. Une Allemagne qu’il quitte à l’âge de 19 ans. Sans baccalauréat, il s’installe à Paris, gagne un concours de la marque Woolmark et commence son fabuleux parcours dans le monde de la mode…

De lui, on connaît son allure, ses lunettes noires, ses mitaines, ses bagues, ses cols et ses cheveux en catogan, mais que cache ce masque qu’il offre au monde. Tout le monde le reconnaît, mais qui le connaît vraiment !

Le livre analyse la compétition-rivalité entre Karl Lagerfeld et Yves Saint-Laurent, ainsi que leurs carrières parallèles. Une rivalité légendaire, qui avait débuté par une amitié.

La biographie d’un homme secret qui restera un mystère. Un homme et ses petits arrangements avec la vérité. Un homme et les doutes qui plane sur ses origines. Un homme qui recompose la réalité à son goût. Un homme qui redessine sa vie, et nourrit sa légende. Un homme généreux, ombrageux, possessif et âpre..

Un homme qui aimait les livres…

Extraits

▪️Épigraphe Un jour, quand je serai un petit vieux, j’aurai donc rétréci, je vivrai avec le canapé, la commode, les bergères, la table sur laquelle j’écrivais et dessinais… Et je dormirai dans mon lit d’enfant.Karl Lagerfeld

▪️Faire des robes , c’est important, mais ce ne sont que des robes. On est pas Kierkegaard, quand même. Karl Lagerfeld

▪️Dans l’immense bibliothèque qui grimpe jusqu’au plafond et sert de décor à son studio de photo, derrière la librairie qu’il a créée, rue de Lille à Paris, on trouve de la poésie, des livres d’art, des dictionnaires de grec ou d’italien, des ouvrages d’histoire et de la littérature française, anglaise, allemande. Colette et Catherine Pozzi, Emily Dickinson et Keyserling, ses auteurs préférés : mais aussi plusieurs version de « Faust », cet homme qui vendit son âme au diable pour acquérir la connaissance universelle. Faust, c’est lui. Vivant pour l’éternité. 

Note: 3,75/5

Albin Michel, 2019,

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s