LORENZO MARONE « LA TRISTESSE A LE SOMMEIL LÉGER »

Quatrième de couverture

« Je m’appelle Erri Gargiulo, et je me shoote à l’espoir depuis quarante ans. »

J’ai commencé à espérer à l’âge de cinq ans, quand je me suis fait l’illusion que mes parents allaient arrêter de se disputer… J’ai espéré que mes frères seraient enlevés par des terroristes, qu’Arianna deviendrait ma petite amie, que Giulia ne pourrait plus se passer de moi, que Matilde m’accueillerait dans son lit, que l’équipe de Naples gagnerait le championnat, que, tôt ou tard, je deviendrais dessinateur de BD. 

En fin de compte, j’ai compris qu’il est faux de dire que l’espoir ne devient jamais réalité. C’est une pure et simple question de probabilités: plus on a de désirs, plus il y a de chances qu’ils se réalisent.

Le temps d’un dîner, Erri Gargiulo se souvient, se raconte et fait un choix décisif pour le reste de son existence… À la fois drôle et subtile, portée par une construction originale et parfaitement maîtrisée, une comédie douce-amère qui brosse le portrait d’un homme et de sa famille, microcosme foisonnant, moderne, recomposé, à l’image de l’Italie du Sud d’aujourd’hui, aussi nostalgique qu’électrique.

L’auteur

Lorenzo Marone est né à Naples en 1974. Après deux œuvres au succès confidentiel, il explose sur la scène littéraire italienne et internationale avec son troisième livre, « La Tentation d’être heureux », traduit dans une dizaine de langues, adapté au cinéma par Gianni Amelio et récompensé par le prix Stresa ainsi que le prix Scrivere per Amore. « La tristesse a le sommeil léger » est son nouveau roman. Lorenzo Marone vit actuellement à Naples, avec sa femme et leur fils.

Mon avis

C’est l’histoire d’un homme, de sa vie, de ses échecs, de ses choix, de ses regrets, de ses rêves, de ses doutes, de ses espoirs, de ses blessures … Et l’histoire foisonnante de sa famille recomposée…

Il se raconte le temps d’un repas de famille. Et s’ils se réunissent autour de cette table, ce jour-là, c’est qu’il y a une raison…

Lorenzo Marone sait raconter une histoire. C’est d’une finesse et d’une justesse rare. L’auteur capture l’attention du lecteur et le tient en haleine grâce à des flash-backs, des diversions, des récits de souvenirs … Et pourtant le personnage principal n’a rien d’un super-héros, il est, somme toute, banal, un homme désenchanté et fragile, mais il nous fait entrer dans sa vie.

Un roman construit selon les règles de l’art, que j’ai adoré!

Extraits

▪️En fin de compte, j’ai compris qu’il est faux de dire que l’espoir ne devient jamais réalité. C’est une pure question de probabilités : plus on a de désirs, plus il y a de chances qu’ils se réalisent.

▪️c’est justement dans les instants de monotonie que les vérités nous échappent.

▪️Alors que d’autres sillonnent l’océan de l’existence à une vitesse folle, je suis l’ancre depuis des temps immémoriaux. Allez savoir pourquoi certains individus ressemblent à des pions de Monopoly qui avancent à des pions de Monopoly qui avancent à toute allure de plusieurs cases tandis que d’autres essaient en vain d’éviter celle de la prison.

▪️Je venais d’apprendre que parfois, de même que les choix sinon refuse de faire, les questions qu’on ne osent pas peuvent faire du mal à ceux qui nous sont chers.

▪️D’un côté. Il existent des personnes qui aiment les autres; avec elles , on peut défaire les cartons d’un déménagement. D’un autre côté, il y a des personnes qui aiment l’idée d’aimer les autres; avec elles, on ne peut pas aller au-delà d’un dîner agréable.

▪️Semer le doute . Il n’existe aucune technique plus efficace pour s’opposer à une personne prête à tout sacrifier sur l’autel de ses rêves.

▪️Il paraît que le doute serait l’apanage des gens intelligents que les gens superficiels ne le connaissent pas, qu’ils se satisfont de leur mariage. De leur emploi et du dieu qu’il faut remercier de les leur avoir donnés.

▪️Plus les vies semblent parfaites, plus elles reposent sur un énorme bluff.

▪️Des gens restent à côté de toi, une vie entière, et tu ne t’en rends pas compte. D’autres t’effleurent à peine, et tu t’en s’ouvrît pour toujours.

▪️… il y a une chose dans sans laquelle la famille, les enfants et le foyer ne sont plus qu’une coquille vide. Cette chose, la plus importante de toutes. Celle qui mérite ton plus grand respect, c’est ton bonheur.

▪️s’il est une chose au monde qui fiche une peur bleue, c’est bien le bonheur. On ne sait jamais quand il va arriver.

▪️La vérité, c’est que la vie est un ensemble de petits épisodes transformés en souvenirs. Et que si on est pas capable de les considérer à leur juste valeur, alors on ne mérite pas de les garder en mémoire. Et avec une mémoire vide, à quoi bon vivre?

▪️Tout ce qu’on ne fait pas au bon moment se transforme ensuite en boulet qu’on traîne pour le restant de ses jours.

Note: 5/5💙💙

Belfond, 2019, 384p.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s