Un jour, une citation: Sylvia Tabet

Cette littérature, c’est un prisme pour ressentir la vie autant que pour s’en retrancher lorsque le besoin d’évasion se fait sentir. Sylvia Tabet « La femme qui lisait des romans anglais » Éditions Jean Claude Lattès, p.54

(Photo: Bouquiniste, Torino)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s