Un jour, une citation: Annie Ernaux

On regardait ensemble la devanture du libraire de la place des Belges, parfois elle proposait « veux-tu que je t’en achète un? ». Pareil qu’à la pâtisserie devant les meringues et les nougatines, la même impression aussi que c’était pas très raisonnable. Annie Ernaux « La femme gelée » Gallimard, p.25

(Photo: Bouquiniste, Vieille Bourse de Lille)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s