Un jour, une citation: Franz Kafka

đŸ‡«đŸ‡· Si le livre que nous lisons ne nous rĂ©veille pas d’un coup de poing sur le crĂąne, Ă  quoi bon le lire ? Franz Kafka, Lettre Ă  Oskar Pollak

🇼đŸ‡č Se il libro che stiamo leggendo non ci sveglia come un pugno che ci martella sul cranio, perchĂ© dunque lo leggiamo? Franz Kafka, Da una lettera a Oskar Pollak

(Photo: Bouquinerie, Anvers)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s