Un jour, une citation: Lucie Paye

Quand il a fini, il va vers sa bibliothèque. Il cherche quelques instants parmi les titres puis en sort le recueil qu’il voulait. La nuit s’est installée. Il s’assied dans le fauteuil. Plutôt que d’allumer la lumière, il a placé une bougie sur le rebord de la fenêtre. C’est une chose qu’il aime faire, comme allumer des cierges dans les églises, lorsqu’il était petit, et demander l’impossible. […] Il est plongé dans le noir. Il ouvre le recueil de poèmes. Le halo flottant de la bougie fait danser les lignes… Lucie Paye « Les cœurs inquiets », Gallimard, p.93

(Photo: Het Ivoren Aapje, Bruxelles)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s