MARION MCGUINNESS « Une bonne et une mauvaise nouvelle »

Quatrième de couverture

Clothilde a fait de l’annonce des mauvaises nouvelles son métier. Son créneau: les interactions que les gens préfèrent éviter. Sa mission: informer avec diplomatie et professionnalisme en cas de ruptures, licenciements, maladies et décès…

Née sous X, Clothilde porte un prénom qu’elle déteste et collectionne les objets perdus qu’elle s’efforce de rendre à leurs propriétaires. Elle a deux chats, parce qu’eux ne la contredisent jamais, et une seule amie, Sarah. L’unique défaut de Sarah c’est son frère jumeau, Ben, dont Clothilde ne veut plus jamais entendre parler.

Alors qu’elle est confortablement installée dans cette vie un tantinet marginale, Clothilde reçoit la visite du notaire: il a une bonne et une mauvaise nouvelle pour elle. Sa mère biologique vient de mourir, lui laissant un héritage pour le moins inattendu: la garde d’un petit garçon de 8 ans, tout aussi roux qu’elle… qui se révèle être son frère. Mais est-ce la bonne ou la mauvaise nouvelle ?

L’auteur

Marion McGuinness est autrice et traductrice de guides pratiques et de romans. Elle a publié dans la même collection « Égarer la tristesse », paru en 2019.

Mon avis

Clothilde a un métier original, elle annonce les mauvaises nouvelles. Cette jeune femme, maltraitée par la vie, a choisi de vivre une existence solitaire. Elle s’est construit un univers controlé, qui lui convient. Un jour pourtant, on sonne à sa porte. Et c’est à elle, qu’on annonce une bonne et une mauvaise nouvelle. Mais quelle est la bonne nouvelle?

J’avais beaucoup aimé le premier roman de Marion Mc Guinness. Une fois encore la magie a opéré et je me suis laissée emporter dans l’univers de ses personnages fragiles et émouvants. Des êtres qui vont se reconstruire au fil des pages, réapprendre la confiance en l’autre et finalement s’apprivoiser.

Une belle lecture!

Et si vous ne l’avez pas encore lu, je vous conseille également « Égarer la tristesse »

Extraits

▪️Tu sais la vie est faite de choix , et les plus faciles ne sont pas forcément les meilleurs. p.53

▪️Les livres ne faisaient pas de bruit, leur odeur suave, parfois âpre, lui rappelait les moments doux de son enfance. p.201

▪️La simple idée que toutes ces pages étaient remplies d’histoires uniques fabriquées avec seulement vingt-six lettres différentes l’avait toujours laissée songeuse et troublée. p.202

▪️Depuis la bibliothèque était devenue son endroit préféré. Déambuler entre les rayonnages, laisser courir ses doigts sur le dos des livres, en ouvrir au hasard pour lire une phrase, un paragraphe, feuilleter rapidement les pages et respirer l’odeur qui s’en échappait, tout ici l’apaisait et la rassurait. p. 203

▪️Il n’y avait que dans les livres que les gens prenaient des décisions folles, rebroussaient chemin, changeaient le cours des rivières. Dans la réalité, l’habitude et le poids de la peur, qui écrasaient les épaules et plombaient les pieds, étaient plus forts. On ne bougeait pas, on attendait, espérant peut-être une solution tombée du ciel. Que tout s’arrange, mais sans qu’on s’en mêle. p.320

▪️La force […] vient de tout ce qu’on surmonte, pas simplement de ce qu’on traverse. p.322.

Note: 5/5

Liens:

MARION MCGUINNESS « ÉGARER LA TRISTESSE »

MARION MCGUINNESS « LE TOUR DU MONDE DU BONHEUR »

Éditions Eyrolles, 2020, 352 p.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s