Un jour, une citation: John Williams

đŸ‡«đŸ‡· Cet amour de la littĂ©rature, de la langue, du verbe, tous ces grands mystĂšres de l’esprit et du cƓur qui jaillissaient au dĂ©tour d’une page, ces combinaisons mystĂ©rieuses et toujours surprenantes de lettres et de mots enchĂąssĂ©s lĂ , dans la plus froide et la plus noire des encres, et pourtant si vivants, cette passion dont il s’Ă©tait toujours dĂ©fendu comme si elle Ă©tait illicite et dangereuse, il commença Ă  l’afficher, prudemment d’abord, ensuite avec un peu plus d’audace et enfin…fiĂšrement. John Williams « Stoner », J’ai lu, p.153-154

🇼đŸ‡č L’amore per la letteratura, per il linguaggio, per il mistero della mente e del cuore che si rivelano in quella minuta, strana e imprevedibile combinazione di lettere e parole, di neri e gelidi caratteri stampati sulla carta, l’amore che aveva sempre nascosto come se fosse illecito e pericoloso, cominciĂČ a esprimersi dapprima in modo incerto, poi con coraggio sempre maggiore. Infine con orgoglio… John Williams « Stoner »

(Photo: PĂȘle-mĂȘle, Bruxelles)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s