Un jour, une citation: Sándor Márai

Et c’est bien assez fantastique de constater à quel point la vie est désordonnée et non conforme à la littérature! Ou serait-ce la littérature qui n’est pas conforme à la vie?… Dans le sens où la littérature, c’est-à-dire la création et l’intelligence, a peur des hasards grotesques de la vie qui, n’obéissant à aucune règle et faisant fi de toute volonté et imagination humaines, se relient entre eux dans une sorte d’ordre et de cohérence intrinsèques … Sándor Márai « Les mouettes » Livre de poche, p.203

(Photo: Bouquinerie Thomas, Bruxelles)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s