Un jour, une citation: Vivian Gornick

Une œuvre de fiction propose un panel de personnages dont certains sont dans le camp de l’auteur, d’autres dans le camp adverse. Dès lors que l’écrivain offre à chacun de ses personnages le droit de s’exprimer, il crée une dynamique. Dans la non-fiction, l’auteur n’a que lui-même à sa disposition. Il doit donc aller chercher son autre moi, un moi indompté, pour instaurer cette dynamique. Son texte n’est abouti que lorsque le narrateur, non pas se confesse, mais enquête sur lui-même; qu’il s’implique. Se mettre soi-même à contribution, c’est-à-dire utiliser la part de soi craintive, apeurée ou pleine d’illusions, voilà ce qui donne de la tension narrative à l’essai. depuis ma plus tendre enfance. Vivian Gornick « Inépuisables », Éditions Rivages, p. 152-153

(Photo: Galerie Bortier, Bruxelles)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s