Un jour, une citation: Carole Martinez

… je ne pense pas qu’il y ait une frontière entre la réalité et la fiction. Le roman surtout nous entraîne sur des territoires flous, il occupe les lisières. Carole Martinez « Les roses fauves » Gallimard, p.97-98

(Photo: Bouquinerie, Anvers)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s